Extraits
Sommaire
Interview
Couverture
Extraits
Acheter le livre
Liens
Photos souvenir
Avis sur le livre

Liverpool

Quand j'étais lycéen, je montais parfois en première avec un ticket de seconde. Et il m'est arrivé de me faire pincer. Je ne suis pas un ange, mais je ne suis pas un criminel non plus. (1984)

Quand on était gosses avec John et qu’on se baladait avec nos guitares sur l’épaule de Forthlin Road à Menlove Avenue où il habitait, et inversement, si l’on nous avait dit que la maison ferait un jour partie du patrimoine national… l’idée nous aurait parue saugrenue. Ce n’est qu’une petite maison avec une terrasse. On n’aurait jamais imaginé cela. Si quelqu’un nous avait dit ça, on l’aurait pris pour un fou. (1997)


Abbey Road

Beatles

Le rock, ce n’était pas seulement, pour nous, une histoire de show-biz destinée à faire du fric. C’était l’expression d’une sensibilité qui mêlait nos propres histoires à celle d’une époque marquée par la musique américaine, le son Motown, la contestation américaine. (1991)

Les Beatles se sont séparés à cause des Beatles. Nous étions arrivés à la limite de ce qui était possible. Nous voulions devenir célèbres en jouant notre musique et nous étions devenus les plus célèbres du monde. Nous avions mis cinq ans pour y arriver, puis nous sommes restés cinq ans au sommet. La boucle était bouclée. Le gâteau était resté trop longtemps au four, il allait commencer à brûler. Ce sont nos femmes qui nous ont aidé à le sortir du four. Et puis on ne va pas reprocher à des hommes de tomber amoureux ? (1984)


Les Beatles

Wings

Ca a été dur au départ avec les Wings parce qu’on était brouillon. Mais il y avait une époque où les Beatles n’étaient pas très bons. La différence, c’est que nous étions mauvais en privé alors que les Wings l’étaient en public. (2003)

Avec Wings, il y a eu de nombreux changements de personnel. Ce n’était pas facile, et cela vous distrait souvent de la musique, vous pensez à un tas d’autres choses. Vous pensez à l’image du groupe devant les photographes, etc. Tout cela a fini par me casser les pieds et j’ai pensé : « Mon Dieu, j’arrive à quarante ans maintenant. Il n’y a aucune règle nulle part qui dit que tu dois continuer ainsi. Je vais voir ce que j’ai envie de faire. » (1982)



Les Wings 1979

John Lennon

Quand nous faisions quelque chose ensemble, c’était meilleur que lorsque nous le faisions séparément. Il y avait cette petite étincelle de magie que nous avons développée à travers des chansons meilleures à chaque fois. (1999)

Nos caractères étaient semblables sur un nombre incalculable de points, mais il en est quelques-uns sur lesquels nous ne fûmes jamais d’accord. John pouvait effectivement être quelqu’un d’extrêmement cynique, ce qui ne me dérangeait pas, car ça lui a permis d’écrire un certain nombre de bonnes chansons. Je sais pourtant que dans son cas, ce n’était qu’une simple apparence, mais à l’intérieur il n’était pas du tout comme ça. C’était lui aussi un grand sentimental. (2005)


The Beatles

Linda

Lorsque j’ai rencontré Linda, je ne savais plus très bien où j’en étais de ma vie. Tout allait trop vite, je manquais d’une ligne directrice. Il était évident que je courais droit à la catastrophe. Elle m’a aidé à remettre les pieds sur terre et m’a fait découvrir les joies simples de l’existence. Cela s’appelle le bonheur, n’est-ce pas ? (1984)

Nous avons eu des hauts et des bas. Il y a eu des moments où nous étions très amoureux, d’autres où nous ne l’étions plus. Nous avons connu toutes les situations possibles. Ce ne fut certainement pas aussi idyllique que cela en avait l’air en surface. C’est un mariage comme n’importe quel mariage. Ce qui est important, c’est que nous nous aimons, et, encore plus important, que nous nous aimons bien. Ca peut paraître banal, mais c’est comme ça. (1998)



Avec Linda

Ecriture

Certains pensent que je suis un accro du travail alors que c’est tout simplement un plaisir. J’ai toujours pensé que les accros travaillent trop dur et sans passion. Il y a tellement de gens qui n’ont pas de travail et en cherchent, que je suis reconnaissant de pouvoir travailler. (1997)

J’imagine que j’ai des responsabilités musicales, mais j’essaye de ne pas trop y penser, pour éviter de gâcher certaines choses. Le pire que je puisse faire est de m’asseoir en me disant : « Mon Dieu, je gagne beaucoup d’argent, il faut que je le justifie en écrivant de bonnes chansons. » Je ne veux pas me laisser intimider par cette pression-là. Si je suis dans ce business, c’est d’abord pour m’amuser. Quand je compose, j’évite, à tout prix, toute formule. Je m’assois, il y a comme un trou noir que je fixe, je prends ma guitare et je cherche quelque chose qui m’accroche. (2001)


Tournée 1989

mccartneymorceauxcho
13/09/06